Restauration et mise à niveau d'un porteur parisien

À la recherche d'un vélo utilitaire pour le transport occasionnel de colis dans Paris et environs, j'ai été séduit par ce porteur parisien, dont c'était la fonction originelle. On en croise parfois dans les rues de la capitale, encore en usage quotidien, le plus souvent en très mauvais état d'entretien. L'esthétique des garde-boue enveloppants n'a d'égal que leur efficacité, le guidon étroit permet de se faufiler dans les embouteillages mieux que n'importe quel autre engin de transport, et le faible encombrement en longueur est apppréciable pour ranger le vélo dans la cave en empruntant l'ascenseur.

Selon les dires du vendeur, il s'agit d'un porteur Alleluia de 1955 utilisé à l'époque comme outil de travail par son grand-père qui était porteur de journaux. Avant sa mise en vente le vélo avait été retapé avec peinture au pinceau, couleur bleu pour le cadre et couleur aluminium pour le cintre et la potence, et pose de 2 pneus neufs en 35-584 très au large dans leurs gros garde-boue. L'ensemble était très fatigué avec un jeu de direction complètement billé et une transmission à refaire complètement, l'usure des dents du pédalier étant proche de la cote d'alerte. Le prix après négociation couvrait guère plus que les frais engagés pour la remise en route.

État initial (décembre 2011)

Le porte-bagages avant n'était pas celui d'origine, remplacé par un modèle bas de gamme en gros fil plein en acier zingué particulièrement mou. Au vu de l'état de ces attaches des attaches prévues pour un porte-bagages arrière, il semble que le vélo n'en ait jamais été équipé.

Logiquement, la plus grosse partie du temps passé sur ce projet l'a été pour la réalisation des porte-bagages, en tubes d'acier 25CrMo4 de 10x0,9 mm soudobrasés. Les garde-boue et le couvre-chaîne ont été confiés à un tôlier-formeur pour débosselage, bouchage de divers trous et réfection de parties endommagées : AS carrosserie, une adresse é recommander.

Visant un usage utilitaire et la fiabilité, le moyeu arrière Sachs Torpedo monovitesse d'origine (frein à rétropédalage) a été remplacé par un Shimano Nexus 8. Il a fallu pour cela ré-écarter les pattes de cadre (de 110 mm à 135 mm) et déplacer l'attache du bras de réaction. La manette de commande des vitesses a été installée en bout de guidon côté gauche avec passage interne dans le guidon et dans le tube diagonal, ce qui donne un résultat discret en harmonie avec le frein avant traité de la mêe manière.

Le frein avant Mafac cantilever avec levier inversé et passage interne dans le guidon a été remonté après polissage et remplacement des patins par des Kool-Stop "saumon" disponibles en recharge pour Mafac. Le freinage sur jantes en acier chromé est excellent par temps sec mais très moyen sous la pluie (heureusement, il reste le frein arriére é rétropédalage). Les roues ont été remontées avec des rayons rétreints en inox et des pneus Schwalbe HS315 en 54-584.

Le pédalier, à bout de souffle, a été remplacé par un Stronglight SL32 sur un jeu TA Axis (filetage fran&ccdil;ais). Le jeu de direction a été remplacé par un Stronglight A9 (filetage franšais). Le moyeu avant, en excellent état, a été rechromé et remonté avec un axe et des billes neufs. Les lanternes avant et arrière ont été remplacées par des Busch & Muller à diodes. La dynamo, manquante, a été remplacée par une Union Turbo neuve (stock ancien). La selle et la tige de selle ont été remplacées en neuf pour gagner du temps.

Tôlerie à reprendre sur le couvre-chaîne et les garde-boue

La cuvette droite du jeu de pédalier a été particulièrement récalcitrante. Toutes les méthodes "normales" ayant échoué, il a fallu patiemment grignoter l'épaulement au Dremel.

Éléments prêts à passer en peinture

Aprés thermolaquage époxy et remontage, il ne restait plus qu'à valider l'ensemble par l'épreuve de la route ce qui fut fait fin juin 2012 avec un voyage Paris-Londres.

État final (juin 2012)
En voyage (25 juin 2012)
Dieppe (26 juin 2012)
Brighton (27 juin 2012)
Londres (28 juin 2012)

La position de pédalage est inhabituelle avec les mains sous le niveau de la selle et très près des genoux qui interfèent avec le guidon dans les virages à faible vitesse. Le chargement sur l'avant ne pose pas de problème et on peut même transporter des caisses assez volumineuses juste fixées avec des sandows, en limitant la vitesse toutefois. Lorsque l'avant est chargé, on aimerait avoir un dispositif pour bloquer facilement le guidon en ligne droite dès qu'on s'arrête.

Un site intéressant consacré au vélo type porteur : http://velo-porteur-ancien.over-blog.com.

Autre site intéressant (en anglais) : http://www.blackbirdsf.org/courierracing/velos.html.

Retour

Retourner à la page d'accueil